• Gus

Le Guzi sans électricité, à l'ancienne

Hey ! Ça faisait longtemps.

En ce moment, ça travaille dur sur le développement d'une application sur le Guzi, du coup je suis peu affairé à écrire quoi que ce soit. Mais là, je trouve le sujet important.


En travaillant sur la technique, il y a eu un gros travail de simplification pour faire le système le plus économe possible : en temps de développement, en électricité à l'usage et en données à stocker. On en est d'ailleurs arrivé à quelque chose de très réduit (voir l'article assumé fastidieux : https://www.guzi.fr/post/le-protocole-guzi ) mais je me posais la question :

"Est-ce qu'on pourrait faire une version encore plus simple sans électricité, ni même le moindre téléphone ou ordinateur ?"


La question a du sens, par exemple, pour les pays qui n'ont pas accès aux technologies qui nous sont si familières. Ou alors par chez nous en cas de panne générale prolongée du réseau électrique ou autre crise réelle (une crise où Netflix et l'eau courante pourraient ne pas fonctionner...).


C'est le cas avec l'euro, même si actuellement plus de 95% des transactions sont immatérielles, mais il est possible de tout faire en cash. De même pour les monnaies locales, qui sont particulièrement faites pour ça.


Pour le Bitcoin et autres crypto-monnaies ou monnaie libre, j'ai du mal à le croire. Sans le réseau de mineur (consommateur d'énergie au passage), elles ne seraient en fait que des monnaies classiques et perdraient absolument tout leur intérêt, tout ce pour quoi elles ont été mises au point au départ. Donc non.


Mais alors pour le Guzi ?


Et bien essayons ! La contrainte : pas d'ordinateur, pas d'informatique, même pas d'électricité. Une version hyper roots et on pourrait bien entendu faire un intermédiaire. Mais pour l'exercice, allons-y à fond.


Avant tout il faut une entité un peu centrale, comme une banque, mais plutôt sous la forme d'une association (Là, c'est perso : j'ai plus confiance en une association qu'en une banque). Cette association ouvre des comptes Guzis. Quand j'ouvre un compte, ils ajoutent dans leur livret mon nom et mon total accumulé à zéro (normal, je viens d'arriver). Ce serait soit un tableur Excel (bouh !), soit un simple cahier rangé dans un coffre (la sécurité hein).


Ensuite, je peux passer à l'asso chaque jour pour avoir les Guzis que je suis normalement capable de produire (1 par jour au début et puis en augmentant). Pas obligé de venir tous les jours, d'ailleurs. Quand je paye avec mes Guzis, qui ont un logo qui m'est propre, c'est comme avec des euros. "Bonjour, une baguette svp. - 2 Guzis. - Oh ça a augmenté... Voici. - Et voilà votre baguette, bon dimanche.".


Le boulanger ne peut pas dépenser mes Guzis (c'est mon logo dessus, ou juste mon nom en fait, encore plus simple tiens). Par contre il peut les amener un de ces jours à l'asso. L'asso va les récupérer et augmenter son total accumulé d'autant. Ensuite l'asso lui donnera chaque jour un peu plus de Guzis (identifiés à son nom).


Et voilà.


Pour résumer, une association qui :

  • Tient les compte.

  • Distribue les Guzis.

  • Récolte les Guzis et les attribue au total accumulé du destinataire.

Et des particuliers et entreprises qui :

  • Récupèrent périodiquement, au besoin, leurs Guzis à l'asso.

  • Utilisent les Guzis comme une monnaie classique.

  • Ramènent les Guzis reçus par d'autres à l'association pour augmenter leur total (et donc leurs revenus quotidiens suivants).


Donc il serait possible, dès maintenant, sans aucun matériel (une imprimante peut-être ou un simple tampon de l'association), d'installer le Guzi au sein d'un village. Parce que ce n'est pas juste "une nouvelle app sur smartphone", c'est un format d'économie nouveau, éthique. Et c'est d'la bombe bébé.


Je m'arrête là parce que je pourrais encore vous en parler et détailler pendant des heures, mais vous avez surement des tas de choses à faire.


Allez, salut !

Gus.

44 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout